Archives mensuelles : mai 2014

12 femmes dans la vie de Jésus

Auteur : ANNE SOUPA

Editeurs: Salvator, 2014

Ami (e) lecteur, n’ouvre pas ce livre si tu espères y trouver un conte de fées ou une image d’Epinal entre Jésus et 12 femmes, signe d’universalité.Il ne peut être question d’une lecture rapide ; chaque chapitre interpelle et l’interprétation au second ou troisième degré invite à relire le texte évangélique que l’on croyait connaître. Moult réflexions et questionnements- parfois rabbiniques- nous forcent à revisiter nos certitudes.
Nos sens sont en éveil : voir plus loin que l’horizon du désert, écouter le chant de la Parole, humer l’odeur des parfums, goûter au repas des noces, oser  Le toucher, par excellence langage du corps.

Anne Soupa a ses préférences et La Samaritaine n’est pas la dernière. Oublions les 5 maris dans l’eau du puits pour reconnaître le vrai Dieu.

Un jour nouveau éclaire la mission des deux sœurs de Béthanie, trop souvent présen- tées l’une comme la ménagère active et l’autre comme la religieuse contemplative.

L’incarnation du Christ est présentée sous ses 2 aspects :

  • son humanité est faite d’empathie pour son interlocuteur à qui Il parle d’égal à égal en toute liberté. Il restaure sa dignité.
  • certaines rencontres contribuent à la prise de conscience de son identité divine. Ainsi La Cananéenne lui permet de dépasser son appartenance juive et d’aller vers l’universalité. Enfin, Jésus n’est pas un magicien mais un thérapeute comme nous pourrions tous l’être. Il remet debout, entre en relation, réintègre la vie :  Ta Foi t’a sauvé. Ce livre s’adresse à chacun(e) d’entre nous mais davantage à nous les hommes, à vous les prêtres dont le célibat peut rendre plus difficile le message du Christ au travers de la  femme.

Que l’on retrouve une note féministe n’est pas étonnant… notre culture religieuse a trop chargé la femme du poids du péché, de la chair de préférence.

Cette doctrine moralisatrice a tronqué le message, porté par les évangélistes à toute l’humanité, dans sa mixité. Beaucoup d’homélies vont trouver une nouvelle source d’inspiration !

Oserais-je révéler le nom de la favorite d’Anne Soupa… Marie de Magdala.

Un seul mot Rabbouni la situe dans une relation privilégiée. Elle est la première – bien avant Pierre- à recevoir et transmettre l’annonce de la Résurrection et de notre victoire sur la mort. Pour être venue au tombeau sans les aromates, il fallait qu’elle soit déjà porteuse de la Bonne Nouvelle.

Peut-être seras-tu différent(e) après cette lecture !

Raymond Leleux

Animateur des Baptis-é-e-s en marche

Le Synode

Lettre ouverte aux Pères Synodaux

Ce texte, diffusé par la CCBF, a déjà été envoyé par de nombreux baptisés. Il est encore temps de le faire en suivant le lien qui se trouve à la fin du texte.

Chers Pères évêques du Synode,

Par la volonté du pape François, deux questionnaires ont été adressés aux catholiques à l’horizon du synode sur la famille. Nous sommes donc entrés ensemble, fidèles du Christ et Pères synodaux, dans un processus de dialogue et d’échange qui honore toute l’Église.

Nous, membres de divers mouvements actifs francophones dans des domaines très variés, avons d’abord écouté les réactions aux deux questionnaires.

En préalable, nous nous sommes demandé pourquoi la démarche avait été redoublée d’une année à l’autre, alors que le peuple chrétien s’était déjà clairement exprimé. À la lecture de ces questionnaires, nous n’avons pu que constater l’important décalage entre une énonciation surinvestie de catégories grecques et scolastiques et la vie des fidèles du Christ : Loi naturelle, considérations anthropologiques, lectures de l’Écriture souvent littéralistes…

Quant au contenu des réponses, voici les éléments essentiels collectés. Ils convergent tous.

Si tous les fidèles voient dans la famille une valeur essentielle, ils soulignent qu’il n’y a pas « une » famille mais « des » familles.

L’exclusion de l’eucharistie des divorcés remariés leur est incompréhensible. Nul ne comprend que le pire des assassins soit mieux traité qu’eux. Nul ne comprend que la Table du Seigneur ne soit pas accueillante à ceux qui en ont besoin, car c’est pour les malades (et qui n’est pas malade ?) que Jésus est venu.

Quant à l’extension des procédures de nullité pour les divorcés remariés, elle est largement rejetée, tant elle heurte les consciences.

Puisque l’Église reconnaît que la conscience éclairée est capable de discerner, qu’elle fasse confiance aux hommes et aux femmes qui exercent une parentalité responsable, en matière de choix d’une contraception, du nombre de leurs enfants, d’une thérapie de l’infertilité conjugale.

Enfin, les personnes qui ont répondu demandent que l’orientation sexuelle de chacun ne fasse l’objet d’aucune discrimination, encore moins d’une condamnation.

Il nous importe maintenant de saluer ce dont ces réponses sont le signe. Nous, coopérateurs de l’Évangile, animés d’une foi sincère et désireux d’un surcroît de vie dans notre Église, nous y voyons le retour du peuple chrétien sur la scène ecclésiale publique. C’est une Bonne Nouvelle ! Le recours à la parole des fidèles, à leur sens de la foi, le sensus fidei, est une vraie tradition de l’Église, même s’il a parfois été oublié. L’Esprit souffle où il veut, nul ne peut l’assigner à résidence. L’Église trahirait donc sa Tradition vivante si elle traitait le peuple chrétien en perpétuel mineur. Demain, elle aura besoin des forces de l’ensemble de ses baptisés. Il est donc important que nous sachions ensemble nous écouter pour rendre notre Église incarnée et vivante.

Avec respect pour la lourde responsabilité qui est la vôtre, ce sont donc nos vœux les plus fraternels qui accompagnent cette lettre. Que ce synode honore l’Évangile et que chacun parle du cœur de sa foi ! Et que nos prières et notre soutien vous accompagnent.

Le 1er septembre 2015

 http://www.baptises.fr/content/lettre-ouverte-aux-p%C3%A8res-synodaux

Synthèse du rapport des réponses du peuple de Dieu de Belgique au questionnaire en vue du synode 2015 La vocation et la mission de la famille dans l’Église et dans le monde contemporain

La Conférence Épiscopale de Belgique a rédigé son rapport final. Nous vous invitons à la lire. Nous avons aussi appris que Mgr Bonny, évêque d’Anvers, avait été désigné pour représenter cette même Conférence Épiscopale au Synode d’octobre prochain. Cette information réjouira certains qui plaident pour une plus grande ouverture au parcours de vie de chacun.

2015-05-12-Rapport-definitif-Synode-Rome


 

Suite aux réunions avec Baptisé(e)s en Marche et l’Unité Pastorale d’Etterbeek ainsi qu’à la récolte de contributions individuelles pour répondre au  questionnaire de préparation du Synode d’octobre 2015, nous sommes heureux de vous proposer une première synthèse des résultats. Ils nous donnent la confirmation de l’adhésion profonde de nos membres à une Eglise ancrée dans le message de l’Evangile et ouverte à la réalité de notre société.

Les résultats:  Questions et Réponses

Une Synthèse écrite par Raymond Leleux.

Restent en ligne des articles qui donnent des pistes de réflexion:

I. Berten sur Synode famillePh Bacq_La relation homme-femme dans la société occidentale et la tradition de l’EgliseLettre de Mgr BONNY, A. Mattheeuws S.J.
L’amour de Dieu ne meurt jamais; la sainteté des divorcés remariés dans l’Eglise de A. Mattheeuws sj ,  Mariage et famille à la lumière de l’anthropologie et de l’eucharistie, du Cardinal A Scola , Documents divers de Georges Heichelbech http://docgeorgesheichelbech.blogspot.be/2015/02/dossier-synode-sur-la-famille.html?spref=fb.

 

Au fil des mois, nous relayons le Journal du Synode publié par la CCBF.

Journal du Synode n° 9 – février 2015

Journal du Synode n° 8 – janvier 2015

Journal-du-synode n°7 – 19 décembre 2014

Journal du Synode n°6 – 5 nov 2014

Journal du Synode n° 5 –  15 septembre 2014

Journal du Synode n° 4 – septembre 2014

Journal du Synode n° 3 – 30 juin 2014

Journal du Synode n° 2 –  16 juin 2014

Journal du Synode n° 1 – avril 2014