Archives pour la catégorie Conférences BEM à Bruxelles

Conférences BEM à Bruxelles

Notre regard sur les migrants

Nous sommes heureux de vous inviter à venir écouter

Bleri LlESHI

Titulaire de masters en sciences politiques et en philosophie. Ecrivain. Professeur à l’UCL. Educateur auprès de jeunes.

ETRANGER, MON FRERE ?
Quel est notre regard sur les migrants ?

Quand ? MARDI 27 FEVRIER 2018 à 20 HEURES
Où ? Aux Fraternités du Bon Pasteur, rue au Bois 365b, Woluwé St Pierre
(La salle se trouve au fond du domaine, à côté des parkings)

INFOS : Mail Dominique De Ryck. dominiquederyck@hotmail.com

Conférence de Dalia de Macar au Bon Pasteur – résumé

L’apôtre Paul n’a pas eu l’intention de provoquer une coupure. Il s’adresse au monde synagogal. Après avoir combattu les chrétiens, il met tout autant de zèle à tenter d’amener le monde synagogal à sa manière d’appréhender le message de Jésus. La séparation Juifs/Chrétiens est progressive et débute après les années 90 de notre ère.

Sous Constantin le Judaïsme était toléré. Sous Théodose il était interdit et c’est à ce moment-là que la séparation a été définitivement consommée.

Qu’est-ce qu’une hérésie : c’est un choix spécifique qui n’est pas celui de la majorité.
Une secte : il y a division profonde, divergence irréductible du sens, de l’interprétation des textes, du culte.

A l’origine les chrétiens ont une double allégeance, ce qui pose problème dans le monde romain et juif.

Le judaïsme araméen est hébraïsant, le judaïsme de la diaspora est Grec. Les Juifs représentent 1/3 de la population d’Alexandrie en Egypte. Ils deviendront citoyens romains lors de la conquête de Rome. Les sages d’Alexandrie sont très importants jusqu’au 4e s. av. JC. – c’est une période problématique qui va durer jusqu’au 2ème s. av. JC. La traduction de la Bible par les 70  en grec a été accueillie comme un miracle, dans la joie comme la joie du don de la Torah au Sinaï. Mais cela pose quand même un fameux problème parce que les Grecs travaillent par concepts, ce qui n’est pas le cas dans le monde hébraïque.

Philon d’Alexandrie, grand philosophe, est un Père de l’Eglise. Paul de Tarse et d’Antioche où l’on parle exclusivement le Grec

La place occupée par Jésus dans le monde Juif est minime, contrairement à la place qu’occupent les Juifs dans le monde chrétien.

Qumram a été une découverte importante, car elle confirme l’antiquité de la tradition hébraïque. Jusque-là les textes les anciens dataient du MA.  On y a découvert la continuité de la transmission.

En 1983 un édit pontifical encourage les chrétiens à étudier les travaux des savants juifs.

L’identité chrétienne s’est forgée au 1er siècle. Au départ ils ne voulaient pas de séparation. Deux groupes qui devraient être ensemble, mais se sont séparés, deux frères qui vont devenir ennemis. Topo connu !

Les Judéens étaient plus rigoristes car plus près de la source. En Galilée on était plus inspiré et moins rigoriste.

Israël et Judéens sont en guerre à cette époque.

Les Saducéens étaient jaloux de leurs prérogatives. Les Pharisiens dont faisaient partie Shamaï et Hillel, rabbi Eliézer,  Jésus, le pharisaïsme où Paul s’est formé, étaient des intellectuels.

C’était la fin de l’Empire romain et tout était très chaotique, d’où une abondante littérature apocalyptique, d’où quête de renouveau. Les courants messianiques étaient très importants : ce serait un roi qui recevrait l’onction d’en-bas, une sorte de rencontre entre la volonté d’en-bas et d’en-haut.

Il y avait aussi les Zélote et les Sicaire : des zélés pour Dieu, prêts à tout pour Dieu, ce qui va conduire au suicide collectif de Massada. Il y eut la révolte contre Rome, la destruction du Tempe. Il y a un immense mouvement d’espérance.

C’est à ce moment qu’apparaît la prière juive par excellence : le Shema Israël. Le monothéisme se met en place, ainsi que le témoignage (Edad Israël). L’Eternel est aux abonnés absents et c’est ainsi que les hommes prennent leur destin en main et vont au secours de Dieu. Apparaissent aussi les discussions sur la résurrection, la vie après la mort. On tente de préparer un nouveau monde qui est à la porte. Le Christianisme est au centre du Judaïsme à ce moment-là. Même s’il a fallu des années pour que l’on parle de « christianisme ». Chrétien vient de Christ = oint, personne élue. Massiah = oint, celui qui va gouverne, régner. « Dieu » prend la forme que la communauté veut lui donner !

Jésus = Jéhoshouah, Josué = sauveur. Dans les manuscrits de la Mer Morte on parle d’un Krystos qui aurait fait des adeptes. La nécessité de traduire en Grec aurait conduit à traduire oint par krystos.

Le problème devient aigu lorsqu’on veut accoler à Krystos, une origine divine, homme/dieu. Jésus se définit par « fils de l’Homme » « Ben Adam ». Ce problème est cause de la séparation.

Rappel : religere = recueillir.

Paul est le fondateur de la chrétienté au sein du monde Juif. Il se confond avec Jésus. La passion de Paul va attirer la haine envers ceux qui n’ont pas voulu reconnaître Jésus. Jusqu’en 70 de notre ère, le « christianisme » est Juif, c’est la même religion, puis il y eut la destruction du Temple.

Entre 80 et 90, c’est la sortie des chrétiens du judaïsme. Cela devient le judéo-christianisme, et le pagano-christianisme. En 135 avec Bar Korba, c’est la séparation définitive. Chez les Juifs on ne mourrait pas de main d’homme pour ses idées.

La prière nous relie par la circoncision du cœur, grosse discussion entre paul et les autres apôtres. Faut-il ou non la circoncision ?

Judaïsme et Christianisme. Joie de la rencontre

Conférence  » Judaïsme et Christianisme. Joie de la rencontre » donnée le 16 janvier 2018 par Mme Dalia de Macar-Elbaum aux Fraternités du Bon Pasteur et organisée par Baptise-e-s en Marche.

Compte-rendu personnel de Paul Fonteyn avec ajoute de certaine notes de Sabine et Serge Fonteyn au 19.01.2018

Préliminaire: Tiré de Spinoza: le signe de la Joie, Joie pour traverser l’itinéraire de la séparation vers la rencontre.

Plan de la conférence:

  • Volonté de se resituer, de nos fondements et de voir où l’on va.
  • Naissance de la chrétienté dans le judaïsme.
  • Le vécu commun.
  • Contexte qui va préparer la séparation.
  • Problèmes causés par la séparation.

Corps de la conférence:

Les commandements les plus importants dans le judaïsme sont la charité, l’accueil, l’honneur aux parents et en 1° lieu l’étude de la Thora, étude qui conduit à agir en ce sens.

Le Christianisme nait et la coupure se produit après l’époque de Jésus et même après celle de Paul. Paul n’a pas eu l’intention de cette coupure. La séparation a débuté vers les années 80-90, époque à laquelle sont rédigés les évangiles. Cette séparation fut progressive et très inégales en fonction des régions. Elle commença à Rome pour se propager en Orient. En Orient les liens entre judéo-chrétiens et judéens vont perdurer jusqu’au 4° siècle de notre ère. Par ailleurs, des liens entre juifs et chrétiens vont subsister jusqu’au Moyen Age. Les détails de cette séparation sont encore mal connus, le champ de recherche étant piégé à cause de préjugés. Dans l’Empire Romain, le judaïsme était encore toléré sous Constantin mais interdit sous Théodose.

Contradiction entre l’originalité du Christianisme et la culture juive. A noter que le terme  » hérésie » ne signifie pas rupture mais choix d’itinéraire ou d’idée de vie. Difficulté néanmoins de la double allégeance, aussi bien dans le monde romain ( chrétien ) que dans le monde juif. Le monde chrétien s’est développé dans la sphère judéo-araméenne et dans la sphère grecque de la diaspora. La fascination du monde juif (de la diaspora uniquement?) pour le monde grec a engendré une acculturation de la communauté juive par rapport à la langue hébraïque. La traduction de la Bible en grec depuis l’hébreu fut effectuée au 4° siècle avant notre ère par les Sages Juifs d’Alexandrie. Cette traduction a introduit dans le texte des concepts lesquels n’existaient pas dans le texte hébreux.

La place de Jésus dans le monde juif est moindre que celle des juifs dans le monde chrétien. Les rouleaux les plus anciens de la Thora dataient du Moyen Age. La découverte au milieu du 20° siècle des documents de la Mer Morte à Qumran a à la fois rassuré et inquiété. Ces documents relatent la vie du monde juif de la période d’environ -100 à + 100 de notre ère. Cette société était fragmentée et cosmopolite avec:

  • pour certains une ouverture au monde: Babylone, Alexandrie, Antioche(Paul),
  • pour d’autres ( Judéens), proximité de la source, de l’héritage,
  • pour d’autres encore ( Galiléens ), importance de l’attitude morale.

Depuis 1983, l’Eglise Catholique encourage l’étude des travaux des savants juifs:

  • Joseph Klausner: « Jésus de Nazareth , son temps, sa vie « ,1922,
  • Amos Os : »Jésus rendu aux siens »,
  • Daniel Marguerat: « Paul de Tarse , un homme aux prises avec Dieu »

Durant les premiers siècles, les juifs et les judéo-chrétiens forment 2 groupes qui sont ensemble en régime de survie mais qui devront se séparer. Cette séparation est un déchirement car elle se déroule dans leur monde juif. La rencontre judéo-chrétienne encouragée depuis peu par l’Eglise est fructifiante : elle ne doit pas aboutir à sortir de la foi chrétienne mais à la renforcer, sans que l’on y doive voir une relation entre une religion-mère et une religion-fille.

Quelle était la situation historique dans la Palestine au temps de Jésus?:

  • présence de nombreuses sectes ou groupes juifs: esséniens ( puristes), saduccéens ( caste des prêtres, secte non conciliante), pharisiens ( secte la plus importante, secte intellectuelle avec le courant rabinique, celle de Paul et probablement secte de Jésus), zélotes ( prêts à tout pour Dieu – suicide à Massada en 73 ) et sicaires.
  • le sentiment que le monde juif peut disparaitre ( cfr le sage Hillel, contemporain de Jésus) et la décadence du monde romain ( César divinisé )ont favorisé:
    • une quête identitaire: tous les juifs de naissance soumis à la même loi.
    • une quête de questionnements ( non seulement en Palestine): qui nous sauvera, vie après la mort (résurrection), ?
    • le développement de groupes messianiques ( messie = libérateur envoyé par Dieu)
    • l’écriture de récits apocalyptiques ( apocalypse = révélation)
  • la destruction du Temple en 70 ( la Catastrophe )et la dispersion des juifs. Le culte auparavant lié au Temple est remplacé par l’étude des texte et par la prière éventuellement individuelle. Ce qui était soumis se transforme en survie : notion d’espérance. Développement d’assemblées de témoignage , questionnement au sujet de l’absence de Dieu et questionnement au sujet du monothéisme avec développement de celui-ci.

Jésus reste fidèle au judaïsme tout en rejetant certaines de ses règles, son formalisme. Le prénom Jeshua ( qui sauve -Jésus) était fréquent à cette époque de fin d’un certain monde. Jésus et ses disciples voulaient au coeur de la judéité préparer un nouveau monde. Le Christianisme est une manifestation d’une ouverture à Dieu. Il était naturel à cette époque d’être disciple du Christ .Certains juifs ont accepté la messianité de Jésus. D’autres juifs ont accepté que la question de sa divinité commence à s’élaborer avec le problème suivant: comment associer la divinité de l’Eternel et la divinité de Jésus et que signifie la divinité de Jésus? La divinité de Jésus est en fait la cause de la séparation des juifs et des chrétiens. Il y avait néanmoins un engouement pour la personne de Jésus et pour son enseignement , entre autre pour ses paraboles. Jésus est le fondement de la chrétienté, Paul est le fondateur de celle-ci, dans le monde juif d’abord, en dehors de celui-ci ensuite. Pour Paul, pas besoin d’être juif pour suivre Jésus.

La religion est un facteur d’identité. Religion est un terme d’origine latine qui signifie relier pour faire communauté.

Conclusion:
Avant l’an 70, le christianisme est juif et ne constitue pas une autre religion.
Vers 80-90, le christianisme judéo-chrétien et pagano-chrétien sort progressivement du judaïsme.
En 135, volonté de se séparer de l’intérieur du judaïsme des autres mouvements messianiques:

Questions:

Divinité de Jésus: Fils de l’homme, expression courante à cette époque; Fils de Dieu: jamais dans la bouche du Christ. L’ensemble de la communauté quelle qu’elle soit atteste du divin, mais la notion de divin est sujette à interprétation(s) et Dieu prend la forme que la communauté veut lui donner. Un contemporain de Jésus ( Eliezer) a été séduit par ce qu’il a entendu.

Importance de la rencontre Judéo-Chrétienne pour les juifs:

  • Jésus est une lumière pour les nations.
  • Il s’agit d’un patrimoine commun, si on se libère de ses carcans.

En attente: Références bibliographiques.